Exposition réalisée en résidence artistique à Satka, oblast Tcheliabinsk, en Russie, en juillet 2017, en collaboration avec l’usine Magnezit. Sur invitation de Zhenya Chaika, responsable des résidences de création, dans le cadre du programme de l’Ural Industrial Biennal, Ekaterinburg. Grâce au soutien de l’Institut Français : « Lauréate du programme « Hors les Murs » de l’Institut français ».

Photo 1 : Satka
Technique : pierre émaillée
Matériaux : émail sur pierre de lave
Il s’agit d’une vue du ciel de la carrière de l’entreprise Magnezit, où ils extraient la pierre dite magnésite, matériaux de base à la fabrication du matériau réfractaire. Les véhicules foulant le sol de la carrière dessinent des trajectoires similaires à celles de cours d’eau. J’ai reproduit un fragment particulièrement frappant par son graphisme rappelant les dessins de fluides sur une pierre de lave. Le choix de cette pierre, issue d’un volcan français, se base sur le fait qu’ellle est naturellement réfractaire.

Photos 2 et 3 : Déroulement d’une pierre
Technique : frottage
Matériaux : craie grasse sur papier japonais, pierre de magnésite
Un travail de dessin intitulé « déroulement d’une pierre » me permettait d’avoir un geste répétitif au contact d’une pierre issue de la carrière. Tel un mouvement sans avancée significative, les quatre faces de la pierre sont donc tracées les unes après les autres, en continue sur les 25 mètres de papier enroulé et déroulé au fur et à mesure. Bien qu’il s’agisse toujours de la même pierre, ce ne sont jamais les mêmes tracés.

Photos 4 et 5: Une ligne de magnésite dans la dolomite
Technique : assemblage au sol
Matériaux : pierres de dolomite
Cette pièce est constituée de pierres de rebut de la carrière. En effet la magnésite est issue d’un gisement composé principalement de deux minéraux : la magnésite, donc, utilisée dans l’usine, mais aussi la dolomite, qui, elle, est délaissée. Ce sont ces cailloux sombres, entassés en monticules, que j’ai récupéré, en choisissant ceux qui ont une fine couche de magnésite, comme un veinage dans la pierre. Reprenant les gestes de collecte et d’assemblage, ces pierres les unes derrière les autres tracent peu à peu une ligne blanche (la magnésite), qui s’efforce d’être continue.

Photos 6 et 7 : Satka par Satka
Technique : accumulation
Matériaux : pierres de dolomite, sable de periclase, plaques de verre, blocs de périclase. Il s’agit de la représentation d’une seule et même image – à nouveau la vue aérienne de la carrière de Satka - mais déployée dans l’espace par des superpositions de graphisme qui, vues du dessus, se complètent pour reconstituer l’image originelle. Cette décomposition évoque, dans une lecture du bas vers le haut, les transformations de la pierre issue du gisement dans la carrière, (dolomite brute), qui va subir une métamorphose pour devenir un autre type de minéral (sable de périclase). Ce dernier implique un travail de transformation de la matière par l’usine : il est obtenu artificiellement par la cuisson à très haute température de la magnésite issue de la carrière.